Prêts et règlements 
Services 
Nous joindre 
Patrimoine 
Livres de la collection Patrimoine 
D'hier à aujourd'hui 
Armoiries 
Accueil

Armoiries

 Espèces représentées sur les armoiries du Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu

 

Les armoiries du Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu remontent aux racines de notre institution. Elles proviennent du Séminaire de Saint-Jean. Mais sauriez-vous identifier correctement les plantes et les animaux représentés sur ces armoiries?

 

Les deux rameaux sont assez faciles à reconnaître d’après leur feuillage, du moins quant à leur nom général (le genre). Quant aux oiseaux, ils sont moins évidents à identifier, même pour un ornithologue averti. Un indice : il y a un lien avec le saint patron qui a donné son nom à notre ville. 

 

Mais pourriez-vous être plus spécifique, en nommant trois espèces précises qui correspondent au dessin des armoiries et sont typiques de la région géographique où se situe le Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu?

 

Il n’y a pas de prix à gagner autre que le plaisir de participer. Se poser des questions, chercher des réponses, augmenter ses connaissances, cela fait partie de la mission éducative du Collège, n'est-ce pas?

 

Voici la description officielle de nos armoiries en termes héraldiques :

« De gueules, à la fasce ondée d'argent, accompagné en chef d'une aigle éployée d'or et en pointe de trois aiglettes éployées de même. L'écu entouré de rinceaux, d'érable et de chêne, celui-ci glanté; le tout en naturel. »

LES ARBRES

Les rameaux encerclant le blason sont assez faciles à identifier, il s’agit bien sûr de feuilles d’ÉRABLE et de CHÊNE. Au point de vue héraldique, c’est suffisant, et le concepteur des armoiries n’a pas nécessairement voulu représenter une espèce botanique précise. Mais on peut jouer le jeu et tenter d’aller plus loin. Pourrait-on identifier d’après ce dessin des espèces typiques de notre région géographique? Ou du moins faire des suggestions plausibles?

Les chênes (genre Quercus) : quatre espèces possibles dans la région
  • Chêne rouge (Quercus rubra) : moins probable, du moins si on s’en tient au dessin des armoiries, car les lobes des feuilles du chêne rouge sont plus aigus.
  • Chêne bleu (Quercus bicolor) : voilà un candidat intéressant, car il est typique de la plaine inondable du sud du Québec; il est d’ailleurs protégé dans une réserve écologique à Saint-Paul-l’Ile-aux-Noix, où les élèves du cours Biodiversité vont faire des observations sur le terrain. Malheureusement, ses feuilles sont beaucoup moins dentelées que sur le dessin des armoiries.
  • Chêne à gros fruits (Quercus macrocarpa) : un arbre typique du regroupement végétal dit « érablière à caryer » qui caractérise le sud du Québec. Cependant, ses feuilles sont lobées un peu plus profondément et le gland comporte des franges qu’on ne retrouve pas ici.
  • Chêne blanc (Quercus alba) : la forme de la feuille correspond, le fruit aussi, la flore laurentienne nous apprend qu’il a longtemps été exporté vers d’autres pays en provenance de la vallée du Richelieu… Bravo, voilà le candidat idéal! Un grand arbre au bois fort et durable, très flexible, utilisé tant pour les instruments aratoires que la boiserie de luxe ou la construction.    
Les érables (genre Acer) : neuf espèces possibles au Québec

Si on se limite aux grands arbres indigènes les plus typiques de notre région, on retrouve :

  • L’érable argenté (Acer saccharinum) : ce serait un candidat fort intéressant, car cet arbre pousse sur le bord des rivières du sud du Québec, notamment le Richelieu. Si on veut rester fidèle au dessin des armoiries, toutefois, on doit avouer que les lobes de ses feuilles sont plus profonds.
  • L’érable rouge (Acer rubrum) : cet arbre affectionne les terrains plutôt humides, par exemples ceux qui sont inondés au printemps; la forme des feuilles correspond à peu près, mais le prochain candidat est sans doute un meilleur choix.
  • L’érable à sucre (Acer saccharum) : savourer le sirop d’érable à la cabane à sucre, voilà une belle tradition qui se perpétue en Montérégie! Quant aux élèves du cours Biodiversité, ils se rendent au mont Saint-Grégoire pour y découvrir l’histoire naturelle de la région. Voilà donc notre digne représentant. 

LES OISEAUX:

Au point de vue ornithologique, l'espèce choisie et sa représentation graphique sont moins évidentes.  Évaluons quelques candidats:

  • À première vue, il pourrait s'agir de colombes?  Cet oiseau, symbole de la paix, conviendrait bien aux valeurs de notre institution et à la devise inscrite sous les armoiries:  Diligamus nos invicem, Aimons-nous les uns les autres.  Cependant c'est un autre oiseau qui est représenté. Cherchons encore... 
     
  • Les voiliers d’outardes et d’oies blanches qui s’arrêtent dans le Haut-Richelieu chaque automne offrent un spectacle impressionnant; on peut même y voir une analogie avec les élèves, qui font escale quelque temps au Collège pour développer leurs forces intellectuelles, puis poursuivent leur chemin dans le vaste monde. Mais encore là, ce ne sont pas les oiseaux représentés sur les armoiries.

    Selon la description des armoiries, il s'agit d’une aigle et de trois aiglettes (sic). Tout s'éclaire:  l’aigle est le symbole de l’évangéliste Jean dans les reproductions religieuses. Le lien est donc facile à faire avec le saint patron de la ville où est situé le Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu. Mais y-a-t-il des aigles dans la région, particulièrement le long du Richelieu (représenté ondé d'argent sur les armoiries)?  On peut songer à deux candidats.
  • L'aigle (ou pygargue) à tête blanche est rare, c'est un nécrophage et un chapardeur. Laissons ce symbole au pays voisin!
  • Aucun autre oiseau du Haut-Richelieu ne se nomme actuellement « aigle ». Mais la nomenclature ornithologique a changé avec le temps. Prenons prétexte que ces armoiries sont un héritage du passé pour jeter un coup d’œil sur les anciens noms : cette fois nous retrouvons le long du Richelieu… un AIGLE PÊCHEUR!  Aujourd’hui nommé balbuzard (Pandion haliaetus), cet oiseau se nourrit de poissons qu’il saisit adroitement au fil de l’eau.  

    Voilà notre candidat, c’est un bon modèle! Vous connaissez l’histoire, donnez un poisson à quelqu’un, il aura encore faim le lendemain, apprenez-lui à pêcher, il se débrouillera le reste de ses jours. N’est-ce pas ce que le Collège souhaite apprendre à ses élèves?

Préparé par Jean-Pierre Guillet, biologiste et bibliothécaire.

 

 

 




© Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu. Tous droits réservés.
30, boulevard du Séminaire Nord, Saint-Jean-sur-Richelieu, Québec, Canada J3B 5J4    Tél.: 450 347-5301